Septembre 2019

Jeudi 12 septembre 2019 – Rando Tour du cap d’Antibes

Jeudi 12 Septembre au matin, nous reprenons nos randonnées où nous les avions laissées à la fin du mois de Juin dernier : autour du Cap d’Antibes, très précisément. Nous ne sommes que 11 randonneurs, au retour des mois de canicule : il y a là Mauricette, Bernadette, Chantal, Viviane, mais aussi Jean-Luc, Luc, Laurent, Abdoul, Marcel, Alain et votre serviteur à entamer une joyeuse randonnée dans un cadre unique et somptueux.
Nous voici donc en Septembre, au moment où ça devient le plus beau : c’est calme plat, plus de brise de mer, plus de brise de terre, les « vacanciers », les « gens du Nord » et les « parisiens », sont partis, ceux qui sont toujours pressés, qui se jettent à l’eau sans y être forcés et qui ne veulent pas d’ail dans leur bouillabaisse !
Septembre, dans les Alpes-Maritimes, la forêt méditerranéenne sort de sa léthargie, retrouve frémissement et vie et bruisse à nouveau de mille vies en gestation. Sur les flots, se dessinent seules les arabesques des courants marins et la brume de chaleur ne masque plus l’horizon. Les cigales se sont tues, éphémère été : trois semaines de stridulations et un accouplement.
L’air est plus léger, la chaleur moins épaisse, cela sent déjà un peu l’Automne.
Le sentier littoral, ancien « sentier des Douaniers », développe à peu près 6 km pour 90 m de dénivelé et se caractérise par une débauche d’escaliers en montées et en descentes pour épouser au plus près les innombrables anfractuosités de la côte, festonnées de véritables dentelles de pierre d’un blanc immaculé, toutes entières livrées à nos yeux émerveillés.
Ce furent des retrouvailles conviviales et complices sur le parking de la plage de la « Garoupe », point de départ du sentier éponyme qui, à partir du « Cap Gros », devait nous conduire jusqu’à « l’Anse de l’Argent Faux » (hélas, aujourd’hui interdite aux piétons !) avant que nous ne retournions à notre point de départ par l’intérieur des terres.
Chemin faisant, le long de la frange littorale, à partir du « Cap Gros », en passant devant le « château de la Croé », puis la « Villa Eilenroc » jusqu’à la « Pointe de l’Islette », nous aurons tout le loisir d’entrevoir quelques villas de milliardaires, noyées dans l’oasis verdoyant de la presqu’ile, riche des essences méditerranéennes les plus rares. Beaucoup reflètent la mégalomanie sans limite de leurs propriétaires. Certaines constructions, improbables et extravagantes, sont ce qu’on a pu imaginer de plus fou en matière de délires d’architectes, d’autres, plus anciennes, mais tout aussi hors normes, sont fardées et apprêtées comme des courtisanes de la Belle Époque.
Le sentier sinue dans un paysage farouche et sauvage, complanté de hauts pins d’Alep, de longs et graciles Cyprés et d’oliviers séculaires, tourmentés par les caprices de vents fous, parmi des falaises de calcaire blanc, bordé de dizaines de criques profondes creusées aux dépens de la frange littorale, à la surface desquelles une eau tiède et moirée mousse au bas de rochers déchiquetés, et c’est comme si la mer lapait goulûment le rivage.
Au total, une magnifique randonnée qui nous a permis de renouer avec quelques membres de T.E.R.R.E., absents depuis longtemps, et qui augure d’autres belles aventures sur quelques chemins de traverse pour les mois à venir.   Bernard

Samedi 14 septembre 2019 - Marche Aquatique Côtière

Brigitte et 11 autres personnes ont participé samedi 14 septembre à la séance de découverte du Longe Côte ou Marche Aquatique Côtière à Théoule. Elle nous livre ses impressions à la sortie de l’eau encore très bonne en cette fin d’été :
« Cette marche aquatique ou longe côte, actuellement en plein essor, consiste à marcher en mer, en immersion jusqu'à la taille.
Cette discipline, à la portée de tous, nageurs ou non, est excellente pour la santé. Elle permet le renforcement musculaire (bras, jambes, dos) et même cardiaque, et cela, en douceur, puisqu'elle se pratique dans l'eau et sans à-coups.
Ce fût un réel moment de bien-être avec un effet massant et relaxant pour le corps.
Pour acquérir les bons gestes et profiter pleinement des bienfaits de ce sport, notre groupe de débutants était encadré par Lili, monitrice diplômée qui, outre l'initiation à la marche, a alterné des séquences ludiques avec d'autres un peu plus sportives, ce qui a créé une belle convivialité et émulation au sein de notre groupe.
Un autre bienfait, non négligeable, est le cadre magnifique de la baie de Théoule dans lequel se déroule cette marche aquatique ! Un vrai régal pour les yeux ! »
N’hésitez pas à nous rejoindre dès samedi prochain 21 septembre à 15 h 15 et samedi 28 à 16 h 15.
Rendez-vous plage du Suveret, au niveau de la douche un peu plus loin que le boulodrome.
Durée de l’activité : environ 1 h avec un échauffement hors de l'eau et des étirements dans l'eau en fin de séance.
Se munir de chaussons de plage ou de vieilles tennis.   Pierre

Jeudi 19 septembre - Pointe de l'Esquillon

Rando menée par Pierre.

Samedi 21 septembre 2019 - Marche Aquatique Côtière

Le fort vent d’est de samedi après-midi provoquait une écume, comme une dentelle sur la plage du Suveret ce qui n’a pas empêché huit courageuses présentes au rendez-vous.
Pour 6 d’entre elles, c’était une séance découverte de la Marche Aquatique Côtière et l’animatrice Lili les a rapidement « mises dans le bain » après un échauffement sur la plage abandonnée des touristes.
Après une heure d’exercices ludiques, toutes sont sorties ravies de cette séance très appréciée malgré les conditions météo.

Jeudi 26 septembre 2019 - Col de la Cadière

Aujourd’hui, nous allons déroger à la sacro-sainte habitude de pratiquer des randonnées en boucle.
Nous effectuerons un aller-retour depuis le fond du vallon de la Rague (rague : petit bloc de bois percé d’un ou plusieurs trous pour laisser passer un cordage et faciliter les mouvements de racage) jusqu’au col de la « Cadière ».
Petite explication : une « cadière » est une monnaie d’or où les souverains sont représentés assis et, coïncidence sans doute, dans le Midi, une « cadière » est un terme ancien pour désigner une chaise.
Nous sommes 20 (17 pour la demi-journée et 3 pour la randonnée à la journée) et nous empruntons sur toute sa longueur la « piste de la Cadière », hormis une petite variante découverte grâce à Raymond et à sa connaissance encyclopédique du massif, jusqu’au col éponyme.
Ce sera l’aller de notre randonnée, le côté face, autrement dit l’avers. Le retour sera donc le côté pile, autrement dit le revers.
Une mosaïque de bruns domine au bord du chemin. Et ce sont des déferlantes aux mille nuances de vert qui roulent sur la pente des collines jusqu’au fond des vallons, qu’un été de canicule n’a pu colorer aux teintes mordorées de l’automne. Parfois quelques taches plus vives comme les bruyères callunes, violettes et mauves, et quelques arbousiers dont de rares fruits rouges illuminent déjà le bord de la piste.
Nous sommes pourtant en automne, depuis trois jours déjà.
Nous marchons sous l’ombre tutélaire d’abord du Mont Saint-Martin, puis du Mont Pellet et enfin  de la « Grosse Grue ».
Le temps est idéal, ensoleillé et lumineux, la piste large et confortable, les apartés nombreuses et toutes plus importantes les unes que les autres !
Chemin faisant, nous aurons tout le loisir d’admirer ce qu’il reste encore des multiples plantations de Georges, l’« horticulteur » utopiste qui voulait replanter l’Estérel, mais, hélas, le temps a fait son œuvre, inexorablement. Il subsiste ici et là quelques figuiers et d’autres arbustes qu’on ne s’attendrait pas à rencontrer en ces lieux.
Parvenus au col de la Cadière, la traditionnelle pause banane nous réunit avant que trois courageux randonneurs ne nous quittent pour une randonnée de la journée.
Ayant épuisé liquides et solides avec modération, nous reprenons le chemin du retour qui nous permet de revenir à notre point de départ après avoir marché 6,600 km de bonheur et de bonne humeur, et avalé 230 m de dénivelé.  Bernard

« L’important n’est pas le but ; l’important, c’est le chemin. »  (Lao-Tseu)

 

Samedi 28 septembre 2019 – Marche aquatique côtière à Théoule

Une nouvelle activité, la Marche Aquatique Côtière (M.A.C.) est venue enrichir l’offre des activités que propose désormais l’association T.E.R.R.E. au bénéfice de ses nombreux adhérents. Car nous sommes bien là en face d’un autre type de marche pédestre qui rentre parfaitement dans les objectifs de l’association !
C’est pourquoi nous nous sommes retrouvés le Samedi 28 Septembre après-midi par mer belle, en dépit d’un fort vent d’Ouest, température idéale, 23-24 degrés, 17 participants, parmi lesquels « Lili », animatrice de marche aquatique côtière, es-qualité, accompagnée de deux encadrantes, aux compétences reconnues.
*
Toutes et tous étaient plus ou moins novices et on peut dire sans faire injure à personne que ce fut, pour la majorité d’entre nous, un « baptême du feu » et une séance de découverte et d’initiation à ce point complète et exemplaire que personne, à coup sûr, ne manquera la prochaine séance.

Cette séance s’est déroulée dans un brouhaha joyeux et complice, ludique tout le temps, où se sont exprimés à plein le plaisir et la connivence du groupe, et où chacun a pu donner le meilleur de lui-même en suivant un déroulé précis, tonique et doux pour le corps, exigeant et infiniment varié proposé par notre animatrice, en toute sécurité et avec un bon niveau d’immersion.
Nous en avons brassé des tonnes d’eau et aucune partie de notre corps ne fut épargnée tant furent nombreux les exercices spécifiques d’équilibre et de coordination, de maitrise du « pas du longeur », d’endurance et de résistance, d’exercices aérobie, puis anaérobie, sans oublier le renforcement musculaire et cardiovasculaire sans traumatisme articulaire, en favorisant la circulation sanguine, et la relaxation !
Au sortir de l’eau, après une bonne heure de participation attentive et assidue, nous étions fourbus, mais tellement heureux de cette magnifique découverte !
C’est bien pourquoi, la marche aquatique côtière à Théoule sur mer, dans le cadre de T.E.R.R.E., nous la voulons absolument ; nous en redemandons encore, et encore !   (Bernard)