Janvier 2019

Plateau d''Anthéor 31.01.2019

Une vingtaine de participants pour cette rando menée par Pierre

Un aller-retour vers le « rocher Barthélemy »
Sous la conduite de Pierre au mieux de sa forme
Une randonnée parfaite qui nous a éblouis
Avec sa flore riche et ses rochers énormes.
Oserais-je dire que ce fut un franc succès
Une marche entre terre et mer  sans difficulté
Au milieu d’une nature belle et généreuse
Qui en fait une carte postale prodigieuse.

Bernard

Apie de Sigallon 24.01.2019

24 Janvier 2019. Nous sommes 17 à partir, ensemble, par un matin froid mais sous un ciel radieux d’un bleu turquoise uniforme, pour deux randonnées distinctes, l’une à la demi-journée, l’autre à la journée, la séparation devant avoir lieu à la mi-journée au niveau de la « Baisse Andoulette », le groupe de la journée poursuivant vers le pic du Perthus Occidental, faisant ensuite le tour de la « Barre de Roussiveau » avant de revenir vers la maison forestière éponyme.
Cette formule, expérimentée pour la première fois à ma connaissance, aura recueilli l’assentiment du plus grand nombre et pourrait être reproduite à l’avenir pour une plus grande cohésion de l’ensemble des participants aux randonnées de l’Association.
Nous partons donc par une très large piste, la « Piste Castelli », confortable à souhait où notre groupe s’égaille à plaisir, passant allègrement deux ponts sous lesquels plusieurs torrents vomissent leur trop-plein des dernières pluies descendues des collines avoisinantes avant que nous ne remontions par un sentier beaucoup plus étroit et, qui plus est, très généreusement inondé, vers le « Carrefour de Colle Noire » où nous nous établirons pour la « pause banane ».
Le sol, encore gelé, crisse sous nos pas, avec un bruit discret de verre pilé.
Les pluies importantes de la veille ont inondé largement les pistes et les sentiers, et partout des rigoles actives courent le long des pentes.
Ragaillardis et après avoir fait le plein d’énergie, nous nous dirigerons ensuite, par une progression ascendante, après avoir traversé une admirable forêt d’eucalyptus défeuillés, aux troncs immaculés, comme autant de candélabres dressés contre le ciel, vers la « Baisse des Charretiers » (276 m) et sa maison forestière éponyme, hélas tristement en ruine.
Sur tout le parcours, des dentelles de glace auront tapissé les cailloux sur le sentier et les rochers avoisinants. Elles ont été comme une résille de pur cristal répandue sur la nature alentour et l’auront faite briller d’un blanc éclatant, jetant des éclats d’une lumière éblouissante en tous sens.
Parvenus à la « Baisse Andoulette » (254 m), au niveau d’un arbre mort caractéristique, notre groupe se scinde en deux, le groupe de la demi-journée s’engageant dans une descente quelque peu périlleuse, mais par bonheur réalisée sans chute, avant un retour heureux aux voitures.
La descente est caractérisée pour la plupart par une démarche chaloupée et quelque peu ébrieuse, qui n’a rien à voir avec les suites des agapes des semaines précédentes mais bien plutôt avec les difficultés d’un sentier étroit, caillouteux à souhait et fortement dégradé par de profondes ravines.
Marcher, c’est rentrer en résonance avec la symphonie du monde.   Bernard

Santé Lac de l'Avelan 22.01.2019

Du jamais vu !!
Le niveau du Lac de l’Avellan est incroyablement bas en ce bel après-midi de Janvier. Par endroits, il serait possible de traverser à pied sec !
Un record : 25 participants pour cette Rando-Santé et quel plaisir de profiter de la présence des rayons du soleil pour flemmarder sur cette piste confortable !    Pierre

Galette Théoule 17.01.2019

La « rando galette » annuelle de T.E.R.R.E. s’est déroulée le Jeudi 17 Janvier.
Elle a réuni un nombre important de participants en dépit de prévisions météorologiques incertaines quant à la probabilité d’averses de pluie.
Bien nous en a pris de ne pas en tenir compte car, à part quelques gouttes éparses, nous avons même eu droit à l’apparition d’un soleil bienvenu à la fin de la randonnée. A cette occasion, deux randonnées ont été proposées aux membres de l’association : l’une, la « rando santé », a permis à une dizaine de personnes de gagner le col de Théoule en empruntant le GR 51  A cette occasion, deux randonnées ont été proposées aux membres de l’association : l’une, la « rando santé », a permis à une dizaine de personnes de gagner le col de Théoule en empruntant le GR 51 pour redescendre ensuite vers Théoule par la large et confortable piste du « vallon de l’Autel » ; l’autre, forte de 13 participants, plus difficile et plus longue, car totalisant 9 km pour 240 m de dénivelé, nous a conduits d’abord vers le col de Théoule, via le « vallon de l’Autel », puis par le GR 653A vers l’imposante statue de « Notre Dame d’Afrique », atteinte après avoir remonté un « méchant » sentier, très pentu et passablement dégradé. Après une descente quelque peu inconfortable et un parcours en balcon au-dessus des « maisons bulles » de Pierre Cardin et de la « croix de Lorraine », nous avons atteint le col de l’Esquillon puis, en progressant sur un étroit sentier suivant peu ou prou les courbes de niveau, le col de Théoule, ce qui nous a permis de rejoindre en temps et en heure la salle des fêtes de Théoule pour sacrifier au partage festif de la galette des rois qui marque le début des randonnées du premier trimestre 2019, non sans avoir échangé les traditionnels vœux de santé et bonheur pour la nouvelle année.
La présence de nombreux adhérents qui ne pouvaient pas participer aux randonnées a fait nombre et qualité. Leur chaleureuse participation a permis de tisser un lien de convivialité et d’amitié entre nous tous.
L’année 2019 de T.E.R.R.E. est aujourd’hui lancée. Nous ne doutons pas qu’elle sera une parfaite réussite grâce à la participation active de chacun, selon ses compétences et ses envies.    Bernard

P.S. La découverte fortuite d’un « dépôt sauvage » au décours de la randonnée a permis à quelques-uns d’enrichir leur collection de C.D. et de tableaux !!

Rando santé Barthélemy - 15.01.2019

Rando menée par Pierre.

Jeudi 10 janvier 2019 - Le Rastel d'Agay

Jeudi 10 Janvier 2019, nous sommes 15 adhérents de T.E.R.R.E. à être réunis sur le parking du Togo à Agay pour effectuer la randonnée inaugurale de cette nouvelle année.

Elle doit nous conduire sur 8 km et 320 m de dénivelé au sommet du « Rastel d’Agay » ; un « rastel » étant en provençal un lieu où l’on se réunit pour boire et faire bombance !

La température est basse, avec un ciel immaculé d’un bleu turquoise qu’un soleil d’hiver illumine. La nature, immobile, est prise en étau par un froid de glace.

Sitôt quitté le parking du « Togo » à Agay, l’ensemble du groupe est cueilli à froid par la longue, très longue montée d’un escalier tiré au cordeau, droit sur la ligne de plus grande pente. Gageons que quelques-uns garderont longtemps le souvenir de cette rude entrée en matière des randonnées prévues pour 2019.

C’est ainsi que nous avons pu rapidement gagner de l’altitude tandis qu’à nos pieds se révélait la somptueuse et magique baie d’Agay, dans son écrin chamarré du bleu de cobalt de la mer, immense, et des rochers rouges et orangés de la Rhyolite de l’Estérel.

En bas, aux confins de la plaine, émerge sur l’horizon la silhouette massive du rocher de « Roquebrune », coiffée à son sommet du profil de « la femme allongée », emmurée dans son sarcophage de pierre pour l’éternité.

Réchauffés par cette spectaculaire ascension de deux volées successives de marches que nul n’a pu arriver à compter, car trop pris par l’intensité des  efforts consentis, la progression vers la table d’orientation, puis jusqu’au  drapeau métallique qui couronne le sommet du « Rastel », a été plus tranquille, d’abord parmi de très belles villas provençales, puis sur une large piste caillouteuse à souhait montant très progressivement sous une succession de rochers rouges inclinée à la façon  des plis d’un rideau de scène dévoilant le spectacle prodigieux de la baie d’Agay, s’ouvrant en amphithéâtre de la pointe du Dramont à l’ouest jusqu’à la pointe de la Baumette à l’est, devant nos yeux émerveillés.

L’arrivée à la table d’orientation à 263 m, récemment restaurée, nous a dévoilé un panorama spectaculaire qui déroule ses merveilles des confins de l’Estérel jusqu’aux caps Lardier et Taillat dans les plus lointains.

C’est ici que nous avons sacrifié à la traditionnelle « pause banane » (« il y avait là les héros de ces ripailles en plein vent ») (A. Daudet 1877), avant qu’une courte mais difficile montée au milieu d’un grand nombre de blocs rocheux ne nous permette d’atteindre le point culminant de notre randonnée (287 m), caractérisé par la présence d’une oriflamme imposante, sorte de girouette métallique, aux couleurs de notre drapeau national.

Le retour aux voitures nous a permis de bénéficier tout le long du magnifique point de vue sur la baie d’Agay dont nous garderons pour longtemps le souvenir émerveillé. 

Belle et chaude ambiance de convivialité partagée comme il sied à tout bon « rastel ».   Bernard.