Rando Pleine Lune - 19.02.2019

Mardi 19 Février, 18h30, c’est une longue cohorte de joyeux randonneurs, 120 au total (!), mêlant hommes, femmes et enfants qui, à partir de la place des Fêtes de Théoule sur Mer, s’élance joyeusement dans la nuit. La pleine lune sera le « Graal » de notre quête de ce soir, en espérant ne pas chercher l’inaccessible étoile.
Imperceptiblement, la nuit s’installe et nous enveloppe d’une obscure clarté qui va s’amenuisant. Les frontales allumées, c’est une longue procession de lucioles qui s’égrène le long du sentier. Les ombres des marcheurs, parfois soulignées par le faisceau des frontales, disparaissent peu à peu dans la pénombre. Il ne reste plus alors que des silhouettes fantomatiques. Le clair-obscur s’épaissit peu à peu jusqu’à faire progressivement nuit noire en progressant aux limites de l’Estérel.
La lune est là…et le soleil n’y est pas.
La voute céleste est cloutée de milliers d’étoiles qui brillent comme autant d’étincelles sur le noir sidéral d’un ciel insondable. Une clarté laiteuse et spectrale émane de la lune et nous enveloppe d’un manteau d’hermine qui dilue et éloigne toutes les anciennes peurs irrationnelles de l’enfance et son cortège de fantasmagories débridées à propos de l’astre sélène.
Une lente et tranquille progression, émaillée de quelques arrêts, nous conduit sans difficulté jusqu’aux abords du Mémorial « Notre Dame d’Afrique ».
Nos efforts seront couronnés de succès en arrivant au pied de l’imposante statue de « Notre Dame d’Afrique ». Dans les profondeurs de la nuit, la lune brille et se reflète sur l’immensité de la mer, comme un immense lac de plomb fondu.
Marcher la nuit dans l’Estérel sous un ciel de pleine lune, c’est connaitre sa vraie place dans l’Univers et renouer avec les sortilèges de l’enfance.
Conviviale, chaude et succulente, une soupe à l’oignon, agrémentée de force gaufres, nous attend dès notre retour, préparée magistralement par nombre de « petites mains » dédiées, soupe bienvenue que nous dégusterons goulument et qui mettra un « point d’orgue » à cette randonnée festive.   Bernard

« Même à n’être qu’une
Plusieurs est la Lune
Chaque nuit elle varie
Selon humeur et envie. »