Le mimosa à Tanneron - 28.02.2019

Réunis sur le parking en contrebas du village de Tanneron, avec un ciel brumeux qui ne se sera jamais découvert, 21 protagonistes s’engagent dans une randonnée en boucle de 8 km pour 280 m de dénivelé au total, qui sera une première pour quelques-uns.
On démarre la marche en passant devant l’ancien restaurant « le Champfagou », aujourd’hui définitivement fermé. Un petit tour dans le village nous permet de profiter d’un magnifique panorama, hélas gâché par un brouillard tenace, qui embrasse tout l’est du département.
Un peu plus loin, un sentier à droite longe de belles propriétés confortées par des blocs de pierre impressionnants.
Nous marchons ensuite sur une route asphaltée qui, plongeant vers le fond des vallons, nous offre de proche en proche une vue étendue sur une végétation très variée : chênes lièges, mimosas sauvages et diverses plantations de mimosas, de populus ou d’eucalyptus.
Les mimosas, resplendissants, sont de plus en plus présents et nombreux sur notre route.
Les fleurs rondes se déclinent dans des tons de jaune, clair ou brillant, de blanc, de crème ou d’orangé. Un duvet subtil les garnit de filaments soyeux. Les fleurs retombent en grappes abondantes autour des arbres et s’épanouissent en rameaux éblouissants.
Les boules cotonneuses, légères, étincelantes, remplissent les arbres ; les feuilles souples, dentelées, d’un vert subtil, se couvrent d’une multitude de boutons d’or. De loin, on dirait de la soie, une moire d’étincelles et de luminosités.
Passé le stade de Tanneron et les tennis de la commune, nous prenons la piste balisée en jaune, piste manifestement très fréquentée par les randonneurs, les cavaliers, mais aussi par les animaux sauvages, des sangliers principalement, à en croire les nombreuses traces imprimées dans la glaise.
On traverse une nouvelle forêt de mimosas sauvages dont les fleurs blondes ressortent sur les feuillages aériens, souples, aux réseaux serrés et denses. Le mimosa, fleur de l’hiver, séduit par ses couleurs chaudes, ses senteurs à la fois douces et tenaces ; il fait éclater et resplendir ses petites fleurs duveteuses qui répandent des odeurs de miel doré.
Nous aurons ensuite à passer moult gués, après quelques grimpettes et descentes sans difficultés particulières. Une variante permettra que nous nous installions pour la « pause banane » au bord d’une rivière, dont nous pourrons apprécier le chant des eaux courantes, et au pied d’impressionnants blocs rocheux. Une remontée continue et ardue nous permettra d’atteindre la plateforme de « la Colle d’Embarque » au bout de 1300 m d’un sentier passablement érodé par les pluies de l’automne.
Le retour au parking ne sera plus alors qu’un jeu d’enfant, fourbus pour quelques-uns, heureux pour tous, au final.
A noter que les pistes et sentiers restent très dégradés et pas du tout entretenus.
Les mimosas adoucissent de leurs couleurs et de leurs parfums les frimas au cœur de l’hiver.
Senteurs et splendeur des mimosas ! Quels effluves savoureux !
Les mimosas, fleurs du sud et du soleil, en imitent la couleur dorée ; ils nous font songer aux douces senteurs de l’été.   Bernard

P.S. Le mimosa est utilisé pour la journée de la femme en Italie le 8 mars pour la seule et bonne raison que les fleurs de mimosa font d’innombrables soleils qui illuminent et embaument chaque heure et chaque jour de nos vies d’hommes, comme savent le faire si bien nos épouses et nos compagnes.