Rastel d'Agay - 10.01.2019

Jeudi 10 Janvier 2019, nous sommes 15 adhérents de T.E.R.R.E. à être réunis sur le parking du Togo à Agay pour effectuer la randonnée inaugurale de cette nouvelle année.

Elle doit nous conduire sur 8 km et 320 m de dénivelé au sommet du « Rastel d’Agay » ; un « rastel » étant en provençal un lieu où l’on se réunit pour boire et faire bombance !

La température est basse, avec un ciel immaculé d’un bleu turquoise qu’un soleil d’hiver illumine. La nature, immobile, est prise en étau par un froid de glace.

Sitôt quitté le parking du « Togo » à Agay, l’ensemble du groupe est cueilli à froid par la longue, très longue montée d’un escalier tiré au cordeau, droit sur la ligne de plus grande pente. Gageons que quelques-uns garderont longtemps le souvenir de cette rude entrée en matière des randonnées prévues pour 2019.

C’est ainsi que nous avons pu rapidement gagner de l’altitude tandis qu’à nos pieds se révélait la somptueuse et magique baie d’Agay, dans son écrin chamarré du bleu de cobalt de la mer, immense, et des rochers rouges et orangés de la Rhyolite de l’Estérel.

En bas, aux confins de la plaine, émerge sur l’horizon la silhouette massive du rocher de « Roquebrune », coiffée à son sommet du profil de « la femme allongée », emmurée dans son sarcophage de pierre pour l’éternité.

Réchauffés par cette spectaculaire ascension de deux volées successives de marches que nul n’a pu arriver à compter, car trop pris par l’intensité des  efforts consentis, la progression vers la table d’orientation, puis jusqu’au  drapeau métallique qui couronne le sommet du « Rastel », a été plus tranquille, d’abord parmi de très belles villas provençales, puis sur une large piste caillouteuse à souhait montant très progressivement sous une succession de rochers rouges inclinée à la façon  des plis d’un rideau de scène dévoilant le spectacle prodigieux de la baie d’Agay, s’ouvrant en amphithéâtre de la pointe du Dramont à l’ouest jusqu’à la pointe de la Baumette à l’est, devant nos yeux émerveillés.

L’arrivée à la table d’orientation à 263 m, récemment restaurée, nous a dévoilé un panorama spectaculaire qui déroule ses merveilles des confins de l’Estérel jusqu’aux caps Lardier et Taillat dans les plus lointains.

C’est ici que nous avons sacrifié à la traditionnelle « pause banane » (« il y avait là les héros de ces ripailles en plein vent ») (A. Daudet 1877), avant qu’une courte mais difficile montée au milieu d’un grand nombre de blocs rocheux ne nous permette d’atteindre le point culminant de notre randonnée (287 m), caractérisé par la présence d’une oriflamme imposante, sorte de girouette métallique, aux couleurs de notre drapeau national.

Le retour aux voitures nous a permis de bénéficier tout le long du magnifique point de vue sur la baie d’Agay dont nous garderons pour longtemps le souvenir émerveillé. 

Belle et chaude ambiance de convivialité partagée comme il sied à tout bon « rastel ».   Bernard.