Aix – s/les pas de Cézanne 29.05.2019

Voilà l’homme
Sous son chapeau de paille
Des taches plein sa blouse
Et sa barbe en bataille
Cézanne peint
Il laisse s’accomplir la magie de ses mains
Cézanne peint
Et il éclaire le monde pour nos yeux qui n’voient rien
Si le bonheur existe
C’est une épreuve d’artiste
Cézanne le sait bien.
Doucement le pinceau
Glisse sur la toile
Et voilà l’homme
Qui croise avec ses yeux
Le temps d’un éclair
Le regard des dieux.
(Michel Berger, 1985)

« Le père de nous tous » disait Picasso.
C’était Paul Cézanne.
Né à Aix-en-Provence le 19 Janvier 1839, il y est mort le 23 Octobre 1906.
Cézanne a toujours été attaché à sa Provence natale.
Les chemins de la campagne aixoise qu’il arpente dès l’adolescence avec Emile Zola, n’ont plus de secret pour lui.
Ses pas le conduisent sur la route de Tholonet, au cœur des carrières de Bibémus, sur la colline des Lauves, dans les champs qui entourent le Jas de Bouffan et dans les pinèdes de la colline de Valcros.
Partout, la montagne Sainte-Victoire domine le paysage.
Il en fera son motif de prédilection : 44 huiles et 43 aquarelles témoignent de son attachement à la montagne.
Inlassablement, il peint la nature provençale.
La recherche du motif est pour lui une expérience physique : il se faisait accompagner en voiture à cheval sur la route du Tholonet puis randonnait jusqu’à trouver le bon endroit.
Dormant à même le sol, sur une paillasse dans un cabanon à Bibémus, appréciant la vie simple des paysans, se nourrissant d’un morceau de fromage, de quelques noix et d’un vin rosé.
Sur le plateau de Bibémus, où le cubisme aussi est né, il commençait par en découvrir les assises géologiques. Puis, il ne bougeait plus et regardait, l’œil dilaté. Il « germinait » avec le paysage.
La méditation s’achevait tout d’un coup. « Je tiens mon motif » disait Cézanne, et il expliquait que le paysage doit être ramené vivant dans un filet qui ne laisse rien passer.
Alors il attaquait son tableau par tous les côtés à la fois. L’image se saturait, se liait, se dessinait, s’équilibrait et venait à maturité.
« Le paysage, disait-il, se pense en moi et je suis sa conscience ».
Regarder un tableau de Cézanne. « C’est donc déjà partir en promenade. Il faut laisser son regard errer comme il faut marcher à la recherche du motif. »
C’est à Aix-en-Provence, sur la colline des Lauves, que Paul Cézanne installa l’atelier de ses rêves, en face de sa chère montagne Sainte-Victoire.
De 1902 à 1906, le peintre travailla tous les jours dans cet atelier.
Cézanne reste là de 6 heures à 17 heures dans ce havre de paix où, après toute une vie de recherche, il s’est enfin posé dans son rythme à lui.
Cézanne n’y vit pas : il réside avec son épouse, Hortense, dans un appartement en ville. Tous les matins, il monte à son atelier pour retrouver le calme, la solitude, le silence et la lumière.

Du Toscan à Aix-en-Provence par Zola et Bibémus
C’est une agréable promenade pour relier la campagne aixoise à la ville du roi René.
C’est une randonnée de 3 h, qui totalise 8 kms pour un dénivelé de 254 m, avec de très jolies vues sur la Sainte- Victoire…si on pense à se retourner de temps en temps.

Boucle dans la pinède au Tholonet.
Cette courte randonnée en boucle permet de s’éloigner un peu du Tholonet sur des pistes ou des sentiers peu fréquentés avec quelques belles vues sur la Montagne Sainte-Victoire.
On fera 4,700 kms en 1 h 40 pour 130 m de dénivelé.
La promenade est accessible à tous.

Randonnée urbaine.  Marchons dans les pas de Cézanne et visitons la ville comme il la vivait.
Un itinéraire pédestre balisé par des clous estampillés « C » nous emmène de la maison natale du peintre jusqu’à sa dernière demeure au cimetière Saint Pierre. Nous pourrons découvrir les jalons de sa jeunesse (maisons d’enfance, écoles…), ses lieux marquants, les adresses de sa famille et de ses proches, les cafés où il retrouvait ses amis et d’autres artistes…. Le patrimoine architectural aixois est le décor d’une promenade dans la vieille ville et ses abords, tout au long de 32 points remarquables, sur 3,3 km pour 2 h de déambulation et 3 m de dénivelé.
C’est ainsi que le Mercredi 29 Mai 2019, 47 privilégiés ont pu, à l’initiative de Pierre et sous sa conduite éclairée, vivre une journée entière à mettre leurs pas dans ceux de Paul Cézanne, dans une ambiance toute provençale, avec ce qu’il fallait de Mistral, une chaleur déjà presqu’estivale, des couleurs et des parfums qui ne sauraient appartenir qu’à notre Midi.   Bernard