Souvenir Cécile 17.05.2018

Comme il est de tradition depuis plusieurs années déjà, la randonnée du Jeudi 17 Mai 2018 nous a conduits au pied du rocher dit de « la Clavette » pour rendre hommage à Cécile, qui fut à l’origine de l’association T.E.R.R.E. et la dirigeât pendant longtemps, et nous en souvenir.
Nous étions 19, partant du pont Saint-Jean, à remonter un méchant sentier, largement entaillé par de profondes ravines, qui nous conduit successivement à la « baisse du Sablier », puis à la « baisse du Verre ».
Peu avant la « fontaine du Marsaou », dont l’eau potable et fraiche sera une bénédiction au retour, un étroit sentier ascendant,  encombré d’une importante végétation, avec nombre d’épineux, nous conduit jusqu’au «  pas de la Cèpe » où une halte bienvenue nous permet de sacrifier à la traditionnelle « pause banane », devant le magnifique panorama de la baie de Cannes.
Continuant notre progression, nous atteignons bientôt le but désigné pour cette randonnée exceptionnelle pour son intention. Une courte « escalade » nous permet d’atteindre la base du rocher de « la Clavette » au pied duquel nous nous réunissons pour un instant de recueillement en souvenir de Cécile, dont Pierre nous retrace, à grands traits, l’historique au service de l’association T.E.R.R.E.. Nous en profitons pour réaliser une photo du groupe au pied du rocher, après que Raymond et Annick y aient symboliquement déposé quelques roses.
Nous nous dirigeons ensuite vers la « baisse Violette » pour un agréable pique-nique au soleil, agrémenté par une confortable sieste sur un doux tapis d’herbes nouvelles.
Le retour nous conduit, au long d’un sentier en balcon, dans l’environnement du « Marsaou » et des « Suvières », sous la baisse des « Pourraques », jusqu’à la maison forestière des « Trois Termes ».
Devant nous un très large panorama se dévoile de proche en proche, depuis l’océan vert tendre des combes et des vallons, le moutonnement profond des arbres et des arbustes, les hautes murailles déchiquetées de rhyolite amarante, les tours, les aiguilles et les pinacles,  telles des forteresses inexpugnables, par centaines, postées en sentinelles devant l’immensité de la mer, bleue profond, en arrière-plan.
La descente sera longue et souvent malaisée vers le pont Saint-Jean que nous retrouverons avec bonheur, une heure après avoir quitté le col des « Trois Termes », heureux mais fourbus !
Au total, une belle et émouvante randonnée pour quelques-uns, longue de 15 km pour 500 m de dénivelé, une température moyenne de 20°, un peu d’ombre mais surtout un soleil généreux.
Nous savons d’ores et déjà que nous y reviendrons l’année prochaine, à la même période si possible, car c’est une date anniversaire, pour nous souvenir,  en témoignage et gratitude de l’œuvre accomplie par Cécile au bénéfice de l’Association.   Bernard.