Ravin de Gratidis - 08.11.2018

C’est une randonnée peu ordinaire que nous avons réalisée en cette matinée du Jeudi 8 Novembre.

Qui a dit que le massif de l’Estérel était une terre de sécheresse et d’aridité ?

Nous étions 6 à parcourir un pays d’eaux courantes, une randonnée quasi aquatique où le moindre espace entre les rochers, la moindre pente et tous les sentiers, surtout les plus étroits, se transformaient en autant de cascades d’eaux vives, des « dégueuloirs » évacuant le trop-plein des pluies diluviennes de ces dernières semaines.

Partis du col de Belle Barbe, nous avons d’abord emprunté le ravin du Grenouillet, non sans avoir constaté, chemin faisant, que le lac éponyme était plein à déborder et que des dizaines de canards avaient retrouvé leur terrain de jeu habituel.

Nous avons ensuite progressé le long du ravin du Mal Infernet, après nous être copieusement trempés jusqu’aux genoux en traversant le large gué qui permet le passage en rive gauche de la rivière, puis repassés sur sa rive droite en passant sur le pont métallique qui unit  ses deux berges.

De là, une montée continue nous a permis d’atteindre le « col Aubert » avant de plonger le long d’un étroit sentier passablement dégradé vers le fond du ravin du Gratadis où nous avons pu nous arrêter pour la traditionnelle « pause banane » au bord d’un magnifique petit lac, émaillé de centaines de nénuphars où nous reviendrons certainement au prochain printemps pour nous émerveiller de leur merveilleuse floraison.

Peu avant le col du Mistral un large et confortable sentier (entièrement à sec, celui-là !) nous a ramenés au col de Belle-Barbe, via le pont du Gratadis.

Bilan final de ce périple original : 6 km pour 160 m de dénivelé, 6 participants dans une belle ambiance de franche convivialité, 16° centigrades, ciel clair à peu nuageux, un bâton de marche et un téléphone parti au fil de l’eau !!

Bernard.