Mal Infernet 12.10.2017

Nous sommes partis, 18 participants plus un chien (« Milou »), à 9h15 le 12 Octobre du parking du col de Belle Barbe, pour remonter, sous la conduite de Pierre, le ravin du Mal-Infernet jusqu’à « feu » le lac de l’Ecureuil.
Cette randonnée sera longue de 9 kilomètres pour un dénivelé de 150 mètres, dans une atmosphère radieuse d’un début d’Automne qui peine à quitter l’été, sa chaleur et sa sécheresse.
Nous marcherons tout du long sur un large et confortable sentier qui longe le fond du ravin et sa rivière aujourd’hui totalement asséchée.
Ici et là jaillissent des murailles déchiquetées de roches rouges. Les pentes sont hérissées de pics et de tours de pierre. Tout est obélisques ruinés, tout est murailles cyclopéennes abattues, tout est lacis de barbelés factices qui réclameraient la plus grande vigilance s’il nous arrivait de nous y aventurer.
Tout le long du ravin, c’est un formidable déroulé de pics dont les pentes sont entrecoupées par de larges cônes d’éboulis. Partout, des donjons de pierre surgissent des profondeurs du ravin.
Tous ces colosses parlent le même langage, poussent la même incantation : c’est le chant profond de la terre, entêté et éternel.
Au long du chemin, nous sommes passés près de plusieurs sources fluides et mystérieuses dont un clair filet coulait dans le creux d’une pierre excavée pour le recueillir précieusement.
Un faux plat montant nous conduit à un gué, aujourd’hui à sec, en aval du déversoir du lac de l’Ecureuil, qui nous permet de passer en rive droite.
Le lac est un rêve évanoui, encore vivant sur les cartes et dans la mémoire de quelques-uns. C’est ici que nous sacrifierons à la traditionnelle « pause banane » devant « feu » le lac de l’Ecureuil, avant de « tourner casaque » et de prendre le chemin du retour qui, par une traversée du ravin sur une passerelle métallique suivie d’une montée au col Aubert, nous permettra de regagner le parking du col de Belle Barbe après une longue descente malaisée à l’aplomb du pic du Baladou.
Ce fut une agréable randonnée très minérale dans l’ambiance d’un Automne à peine naissant.   Bernard