Seillans–Les Selves 10.11.2016

Il n'y a sans doute pas de meilleur gage de réussite pour une randonnée que de la commencer au départ d'une cave viticole, le château des Selves en l'occurrence ! La randonnée démarre donc sous les meilleurs auspices, grand soleil, température agréable, léger mistral, à travers des vignes et des champs d'oliviers. Elle est balisée de bout en bout par un trait jaune, pointé rouge et se déroule principalement sur de larges sentiers, au milieu des bois de chênes et de pins. On côtoie de nombreuses parcelles de vignes et d'imposantes propriétés, certaines anciennes, de belle facture, d'autres, très vastes et plus récentes. Dans les forêts dépouillées, les feuilles rouillées font un tapis de velours où se cachent peut-être des champignons, « la chair même de la forêt », une chair dont la saveur tient de l'arbre et de la terre, au parfum de terre mouillée. Dans les vignes rabattues, les dernières baies ont été grappillées. On baigne dans l'odeur boisée, suave et entêtante d'un humus en décomposition. « Pause banane » après un petit pont qui passe au-dessus de l'ancienne voie ferrée du « train des pignes », aujourd'hui transformée en une petite route locale. Une petite variante nous conduit au « viaduc du Rayol », impressionnant par sa hauteur de 40 mètres au-dessus du vallon de Saint-Pierre. On remonte ensuite en direction de Seillans, côtoyant des bois de chênes et de vastes propriétés, implantées au milieu d'un étonnant panorama de vallonnements fait de vastes prairies, constellées d'une multitude de marguerites. Après la pause déjeuner prise confortablement installés sur de belles restanques et gardés par deux magnifiques et imposants « Patous », nous ne pouvions mieux finir cette randonnée qu'en allant faire notre marché de « dives bouteilles » à la cave du château des Selves.   Bernard