DERNIÈRES NOUVELLES

 

 

Association T.E.R.R.E.
Mairie de Théoule-sur-Mer
1, place Général Bertrand
06590 Théoule-sur-Mer
Tél : 06.22.82.43.22
Président : Pierre DECHERF

 

Jeudi 15 juin 2017 - Gorges de l'Artuby

P1030906

 

Rando menée par François.

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 8 juin 2017 - Notre-Dame-Des-Fontaines - La Brigue

Sur une idée originale de Raymond, une mise en scène soignée dans les moindres détails par Pierre, au milieu du décor somptueux de la vallée de la Levenza, avec les commentaires précis et inspirés d'un conférencier, guide du Patrimoine, le tout devant un public attentif et réceptif, le rideau s'est levé sur une pièce en trois actes, dont le premier, sans doute le point d'orgue, a eu pour cadre la chapelle Notre-Dame-des-Fontaines. P1040638Sa renommée est telle qu'on l'appelle « la chapelle Sixtine des Alpes du Sud ». C'est un chef-d'œuvre absolu, enserré au pied d'un cirque de montagnes, dans le fond d'un frais vallon. La chapelle se trouve au bout de la vallée de la Levanza, à un endroit où surgissent sept sources, dont celle qui sort sous l'emplacement même de la chapelle. Un important chemin muletier, conduisant vers la Ligurie, passait par la chapelle et on avait sans doute intérêt à s'y arrêter avant de poursuivre

la montée, toujours périlleuse vers le col, et invoquer la protection de la Vierge. Son site est lié à une convergence de signes symboliques qui en font un lieu de prédilection pour toute une humanité à la recherche d'une protection de la puissance divine. L'intérieur de la chapelle est entièrement recouvert par au moins 220 m² de peintures murales, des retables pour la majorité d'entre elles. Elles retracent la vie de la Vierge dans le chœur et celle du Christ sur les murs latéraux en 25 tableaux. Les peintures datent de 1492 et sont l'œuvre respectivement de Giovanni Baleison et Giovanni Canavesio, tous deux peintres originaires du Piémont. C'est un art populaire provençal naïf, pittoresque et P1040644 copie redimsavoureux. Cette petite chapelle, couverte de fresques concernant Marie et la Passion du Christ, est un véritable catéchisme mural qui permettait l'éducation religieuse d'un peuple catholique qui ne savait pas lire. Pour certains, les fresques délivrent non seulement un message religieux, mais également un message caché. Fin du premier acte. Le deuxième nous a permis de redescendre vers La Brigue, par le sentier dit d'interprétation, sous le frais et dense couvert d'une forêt d'altitude, peuplée de chênes, de pins sylvestre et d'épicéas ; un parcours tout en montagnes russes, long d'environ 6 km pour 150 m de dénivelé. Sur le parcours, des dizaines de panneaux didactiques égrènent les richesses de la flore et de la faune locale.
L'entracte intervint à la fin du sentier d'Interprétation, avant que ne commence le troisième acte, dans un espace dédié aux agapes de la pause déjeuner où nous nous égayâmes autour de quelques tables et sous une gloriette, à l'ombre bienvenue de quelques arbres. La pause déjeuner fut enrichie pour certains par une sieste réparatrice, consommée sans modération, comme le fut un rosé bien frais, itou. P1040654Le dernier acte nous vit, rassemblés et toujours attentifs, déambuler dans le village de La Brigue, classé monument historique, sous la conduite émérite et toujours richement documentée de notre guide dont la connaissance exhaustive des lieux, des dates et des traditions, entre autres, ont fait l'admiration de l'ensemble du groupe. Nous avons parcouru de nombreuses ruelles pavées, visité la Collégiale Saint-Martin qui abrite un retable de Louis Bréa, la chapelle de l'Annonciation, dite « supérieure », chapelle des Pénitents Blancs, la chapelle de l'Assomption, dite « inférieure », le château Lascaris, vestige du site castral, demeure fortifiée seigneuriale, le Cà d'Arbinée (maison des abeilles) avec ses multiples ruches, dont les murs gardent la chaleur et l'amplifient, permettant aux abeilles de travailler plus, pour un miel plus abondant et de meilleure qualité, etc... Nous avons vu de nombreuses façades en trompe-l’œil, de très nombreux linteaux sur ces mêmes façades, accompagnés de textes en bas-reliefs ou incisés dans la pierre ; certains décorés de motifs religieux, d'autres d'armoiries et d'initiales de familles, d'autres enfin portent des phrases d'ordre moral ou religieux. Ainsi s'acheva cet intermède heureux, avant que nous retournions à la rencontre de nous-mêmes et des autres sur d'autres chemins... enchantés eux-aussi.    Bernard 

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 1er Juin 2017 – Ile Sainte-Marguerite

 

P1040609 copieRando menée par Régis

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 25 mai 2017 – Forêt de Thorenc

P1030262Rando menée par François

(Voir les photos dans l’album)

P1030226 copie convertimage

 

P1030299

Jeudi 25 mai 2017 – Tour des deux Pics

P1040605

 

Rando menée par Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 18 mai 2017 - La Clavette – Souvenir Cécile

P1040597P1040595

 

 

 

 

 

 

 

(Voir les photos dans l’album)

Mardi 16 mai 2017 - rando santé - Ile Saint-Honorat

L'île Saint-Honorat, ces deux épithètes mises côte à côte, sont le signe sensible que nous nous trouvions dans un îlot de profonde spiritualité pour cette exceptionnelle rando-santé du Mardi 26 Mai 2017, sur une île pourtant fortement immergée dans notre siècle.
Certains croient au ciel et d'autres n'y croient pas.
A Saint-Honorat, la même ferveur heureuse, qu'elle soit laïque ou religieuse, nous a réunis pas à pas, de tours en détours, sans que nous puissions en épuiser les richesses infinies.
L'île entière est une prière.  Ses nombreux sentiers jalonnés de 7 chapelles sont autant de chemins d'espoir pour des hommes en quête d'humanité.                                                                                                           P1040558
Elle délivre au monde un message d'amour, de paix et de tolérance, jour après jour.P1040558P1040558
Le point d'orgue de cette randonnée fut, sans conteste, la visite du monastère fortifié dont la masse imposante et cependant élégante se dresse sur la rive sud de l'île.
Construit à partir de la fin du 11ème siècle, il comptait, à l'origine, 90 pièces dont 30 cellules pour les moines, 1 église et 3 chapelles. Il reste, en l'état, un témoin important de l'art religieux et militaire des siècles passés avec, notamment, 2 cloîtres superposés, un escalier à vis dont les marches sont faites de pierres rouges de l'Estérel, apportées depuis le port de Théoule.
Du sommet de la forteresse, la vue s'étend de l'Estérel jusqu'au Cap d'Antibes avec les sommets du Mercantour en arrière-plan.
Ce monastère fortifié était habité par les moines dans les 2 étages inférieurs et par une garnison militaire dans les étages supérieurs.
Les reliques de Saint-Honorat reposaient dans la chapelle Sainte-Croix, faisant de ce lieu le « saint des saints » de l'Abbaye.
Son originalité réside dans la dualité entre l'architecture militaire de l'extérieur et les divers espaces religieux construits à l'intérieur.
Après le déjeuner pris dans un espace dédié, nommé Saint-Salvien, que nous avons partagé dans un esprit de connivence et d'amicale complicité,Img 4832 le café nous fut offert par frère Antoine, cellérier de l'Abbaye de Lérins, avant qu'il ne se prête, avec humour et profondeur, au jeu des questions-réponses sur quelques points relatifs à l'histoire des Cisterciens et à leur pratique dans le siècle.
Frère Antoine et Agnès, bénévoles à l'association Fondacio, nous ont invités, avant de repartir pour le continent, à revenir à Saint-Honorat, probablement en Octobre, invitation à laquelle nous ne manquerons pas de répondre avec bonheur.
Saint Honorat est « l'antichambre du Paradis » comme aimait à le dire frère Marie-Pâques, ancien hôtelier de l'Abbaye de Lérins.    Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 11 mai 2017 - Escragnolles - La Cascade

P1030186

P1030192

P1030204

Rando menée par François

 (Voir les photos dans l’album)

Jeudi 4 mai 2017 - Plateau de la Malle

P1030164 1

P1030175

P1030176

Nous étions 11 participants pour cette randonnée qui a débuté au Tennis de Grasse en attaquant la montée abrupte du GR4 heureusement bien ombragée.
Après avoir quitté le GR4, nous avons emprunté la route à gauche (Altitude 974m ) qui mène directement au centre Radioélectrique (Altitude 1215 m).  Cette route est très agréable, avec une belle vue sur le littoral. 
Malgré un temps couvert on a pu apercevoir Cannes, Grasse, Cabris, le Lac de St-Cassien ...
Après avoir atteint le sommet aux antennes-radio, nous sommes redescendus pour pique-niquer dans une clairière en bordure du domaine de St-Christophe. 
Le retour s'est effectué ensuite par le même itinéraire qu'à l'aller, soit une distance totale de 11,7 Km avec 615 m de dénivelé (sans difficultés particulières).
Si nous avons essuyé une averse dans la matinée, la randonnée est restée malgré tout agréable par les points de vue sur le paysage environnant grâce à quelques éclaircies.   Sophie

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 27 avril 2017 - Pont du Loup - Andon

P1030131P1030134

 

 

 

 

 

 

 

Rando menée par François.

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 27 avril 2017 - Mont-Vinaigre

P1040524P1040508

 

 

 

 

 

 

Rando menée par Régis Buisson.

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 20 avril 2017 – Bargemon - Favas et le bois de la Coste

P1040494 2Bargemon, pépite émergeant juste au-dessus du vert tendre des collines avoisinantes, Bargemon, la « Perle » du Haut Var, épithète très largement méritée que des siècles et des siècles du labeur opiniâtre et incessant de ses agriculteurs et de ses bâtisseurs ont propulsée à un haut niveau d'excellence environnementale ; Bargemon, d'où nous sommes partis, 22 participants, pour une randonnée en boucle d'une douzaine de kilomètres et d'un peu plus de 260 mètres de dénivelé.
Nous avons commencé notre circuit par une traversée du vieux village en remontant des rues étroites, accrochées à la pente, pavées à l'ancienne, avec, de place en place, d'anciennes fontaines de très belle facture.                                              P1030083
Sortis du village par quelques sentiers détournés, nous arrivons bientôt auprès d'un oratoire qui s'orne de l'imitation naïve d'une icône, à partir duquel nous pénétrons dans le bois de la Coste, but premier de notre randonnée. Progressant en montée sur d'agréables sentiers, nous côtoyons d'abord de vastes propriétés agricoles dont une se pare d'un jardin potager, tiré au cordeau, qui est un modèle du genre.  P1120624 2Le bois de la Coste, abondamment peuplé de chênes et de pins sylvestres, doit faire le bonheur des mycologues amateurs quand la saison arrive et que le temps s'y prête. Les pins sylvestres ont une allure massive, des branches torturées, et la partie haute des troncs se colore de rose ou d'orange saumon.
En lisière du bois et en bordure du plateau, la vue plonge sur le village de Bargemon au milieu d'un amphithéâtre de montagnes et, plus loin, on peut apercevoir le village de Claviers. Plus loin encore, se dessine un panorama immense, avec le massif de l'Estérel, les sommets du pic de l'Ours et du mont Vinaigre, le rocher de Roquebrune, le massif des Maures et le golfe de Saint-Tropez.
Au retour, les sacs à dos se sont gonflés de diverses cueillettes, asperges sauvages et autres plantes condimentaires. Ils ont pris peu à peu l'allure de hottes empanachées par des brassées de thym en fleur.
Le retour aux voitures s'est déroulé dans la joie d'une belle randonnée conviviale et fraternelle, très apaisante en ces temps si troublés, accomplie sans encombre et marquée au final par un pot pris dans la bonne humeur au bistrot du village.    Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 13 avril 2017 - Les Porfaits et l'Aigre

 

707250001492165618images1Il aurait fallu être un « HOMO BOTANICUS » plutôt qu'un « HOMO SAPIENS » pour connaître et savoir nommer toutes ces fleurs que les pluies et le soleil de ce début de Printemps ont fait éclore en nombre dans l'Estérel.

L'or des genêts, épars sur le bord du chemin et sur les collines, a remplacé celui des mimosas, maintenant fanés. Nous avons vu des Asphodèles en début de floraison, des Cistes à feuille de Sauge, des Lauriers sauce, le mauve des Iris nains, des Genévriers cades, de la Myrte, cette fleur d'amour au parfum subtil, des lavandes papillon avec leur houpette violacée, de nombreuses fougères dans les taillis contrastant avec le violet des arbres de Judée, etc.

Faisant fi de toute superstition, nous nous sommes retrouvés à 13 participants un 13 Avril pour accomplir une randonnée en boucle dans l'Estérel en partant du col du Testanier !

Nous avons d'abord emprunté le GR qui conduit au mont Vinaigre. Nous l'avons laissé à la hauteur de la maison forestière du Malpey, pour nous diriger ensuite par le large et confortable sentier du Porfait jusqu'au carrefour de Roche Noire.

Chemin faisant, nous sommes passés devant la « cantine » du Porfait, fréquemment utilisée par quelques chasseurs pour leurs traditionnelles « agapes » ; puis, nous avons été dominés par le Petit Porfait et, enfin, le Grand Porfait.

Parvenus au carrefour de Roche Noire, nous avons progressé sur un étroit sentier, à la pente ascendante non négligeable, qui nous a conduits à croiser le GR 49.

De là, en quelques hectomètres et toujours en montant, nous avons atteint le sommet de l'Aigre (450m), également point culminant de notre randonnée.339884001492165955images1

Une descente rapide et quelque peu malaisée nous a permis de retrouver la maison forestière du Malpey, puis les voitures en empruntant le GR déjà parcouru à l'aller.

Au final, une randonnée en boucle de 8,500 km pour 260 m de dénivelé.

L'ambiance fut comme la température : printanière et primesautière.   Bernard. 


(Voir les photos dans l’album)

Dimanche 9 avril 2017 - 16° Critérium pédestre de l'Estérel

Nous remercions les participants au critérium qui ont partagé cette belle journée estivale avec les membres de l’association T.E.R.R.E.

Beaucoup de messages de satisfaction et de remerciements nous sont parvenus.  Parmi eux, celui d’un randonneur du S.A.M. qui a réalisé à cette occasion un « reportage photos » ICI

Noces de diamant

60 ans lucas

 

 

C’est avec plaisir que nous avons appris le renouvellement des vœux de mariage de nos amis Janet et Georges Lucas qui fêtaient samedi 8 avril les 60 ans de leur union.

Nous leur souhaitons encore beaucoup d’anniversaires à venir, dans la joie et l’amour, entourés de leur famille et amis.     Félicitations !

 

 

Jeudi 6 avril 2017 - La Duchesse

 

                                                   P1040465P1040467

 

 

 

 

 

Rando menée par Régis.

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 6 avril 2017 - Rando à Mons

P4063228 1P1020986

 

 

 

 

 

 

Rando menée par Marie France

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 30 mars 2017 - Tour du Pic de l'Escale

Seize aura été le chiffre du Jeudi 30 Mars 2017 pour la randonnée intitulée « le tour du pic de l'Escale ».
Seize pour seize participants partis du parking inférieur de la gare du Trayas, en bordure de la route de la corniche d'Or.
Dès le départ, on longe quelques murs frangés de glycines déjà fleuries, avec un ciel bleu permanent suspendu sur nos têtes.
Cette randonnée s'annonce printanière, déjà presque estivale.    P1040455 1
Une montée ascendante sur un large sentier sans difficulté nous permet de longer un temps la côte, égrenant de très nombreuses criques déchiquetées, s'avançant dans la mer, du plus près au plus loin que le regard puisse porter.
Nous profitons d'un magnifique décor d'azur dans un petit matin déjà au soleil. C'est un riche contraste de couleurs, juste au-dessus de l'eau, mêlant les reflets roses des rochers de l'Estérel et le bleu métallique d'une mer Méditerranée, bientôt chauffée à blanc dans le plein de l'été.
On contourne ainsi le pic d'Aurelle, le long du vallon éponyme, à la rencontre du col de l'Evêque.  Non loin de celui-ci, nous progressons sur d'étroits sentiers, au milieu des riches senteurs d'herbes du Sud.
Mille parfums nous assaillent et c'est une infinité de parfums et de fragrances que nous engrangeons à jamais. Parvenus sur la route du col des Lentisques, nous la traversons à la hauteur de la baisse des Sangliers pour effectuer une boucle autour du pic de l'Escale. Nous progressons alors sur une piste confortable, en faux plat montant, idéalement faite pour la rando santé, seulement émaillée par une chute de Roger, à plat dos, heureusement amortie par son imposant sac à dos. Roger égrènera sur le reste du parcours un peu de son précieux sang !
Nous marcherons sur un sentier comme suspendu en plein ciel, avec en vis-à-vis le sommet de l'Uzel et le pic de l'Ours.
Parvenus à la baisse orientale, nous sacrifions à la « pause banane ».  Ici, le pic de l'Escale s'enfonce, tel un rostre, dans les lisières du ravin du Mal Infernet, peuplé de tours de pierres ruinées et de flammes de pierres pétrifiées.
Seize, enfin, comme la température ambiante à notre arrivée au col des Lentisques avant d'entreprendre la périlleuse descente du ravin Cazal de Bœuf qui doit nous ramener à la gare du Trayas.
Le sentier, largement dégradé, demande d'infinies précautions et, gageons que ce final a certainement fait monter largement la température sous certains crânes. Au final, une randonnée de 10 km700 pour 300 m de dénivelé, bouclée en un peu moins de 4 h.     Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 30 mars 2017 - Liaison Escragnolles - Séranon

P1020965 1P1020967

P1020972

Rando menée par François

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 16 mars 2017 – Les Crêtes du Mont-Macaron

P1040414Après être restés englués dans les embouteillages sur l'Autoroute A8, nous nous sommes retrouvés à 14 participants dans un calme retrouvé et le plaisir d'être à nouveau ensemble au col de Châteauneuf (627m).  
Ce sera le point de départ d'une randonnée en boucle qui démarre dans la fraîcheur encore bien présente d'un matin d'hiver mais dans le plein soleil d'un printemps approchant.  
Ce fut une agréable randonnée, un voyage dans l'espace, en parcourant les crêtes du Mont-Macaron, et dans le temps, avec une longue errance dans les ruines du château médiéval de Châteauneuf.  
Partis du col de Châteauneuf, nous côtoyons d'abord les ruines du château éponyme que nous explorerons plus en détail sur le chemin du retour.  
Nous sommes saisis à froid par un départ raide, pierreux à souhait.  On suit ensuite un agréable chemin, bordé d'arbustes et de chardons lumineux.  
Un sentier d'herbes moelleuses, entre broussailles, genêts et pins maritimes serpente vers les ruines où minéral et végétal s'entremêlent et au milieu desquels il faut se frayer un passage sur des pierres usées par les siècles.
Entre les arbres, les créneaux de la vieille tour médiévale ont encore fière allure et déclenchent à l'envi notre imagination enfantine.
Après être passés devant la chapelle Saint-Joseph (710m), remarquablement restaurée, nous progressons alors à travers la garrigue, une forêt de chênes et des bosquets de romarin en fleur.
Le site a pour écrin les cimes du Mercantour d'un côté et la mer Méditerranée de l'autre.  C'est en tout cas un site féerique, propice à l'imagination et à la rêverie. Le panorama est grandiose.
Telle une proue de navire, la crête aérienne du Mont-Macaron s'effile vers le Sud avec à la clé une découverte exhaustive de l'ancien Comté de Nice dont les villages ponctuent vallées et collines autour de la capitale azuréenne.
C'est ici que nous sacrifierons à la « pause banane ».  Le sommet du Mont-Macaron (806m) permet un tour d'horizon complet sur la vallée du Paillon de Contes, toute proche, et sur celles, plus lointaines, de l'Estéron, de la haute Tinée et de la haute Vésubie.
Le sommet sud (797m) fait découvrir l'agglomération niçoise et la Baie des Anges. Parvenus à la Baisse du Macaron (673m), on prend le chemin du retour vers l'ancien village fortifié de « Castel Nuovo ».
Pause pique-nique et sieste au soleil sur le grand pré jouxtant la chapelle Saint-Joseph.
Perchées à 750 m d'altitude sur une éminence stratégique, les ruines romantiques de Châteauneuf, avec ses pans de murs prisonniers d'un cercueil de lierre, évoquent des périodes troublées du haut Moyen Âge.
C'est un imposant vaisseau de pierre échoué en sentinelle à l'entrée du Mont-Macaron. Fortement ancrée sur son éminence ; c'est une vigie qui regarde encore les siècles à venir.
Dans les habitations à ciel ouvert, apparaissent les cheminées et les niches qui servaient à ranger la vaisselle et les provisions.
Des boyaux, des couloirs étroits et obscurs sont autant de retraites souterraines servant de magasins et de cachettes pour aboutir à des cavernes, véritables repaires troglodytes.                                                                                 P1120144
Après avoir visité les ruines, le retour aux voitures nous replonge brutalement en plein 21ème siècle, non sans avoir la nostalgie du temps des troubadours et, surtout, de l'amour courtois.
Randonnée au soleil de 8,500 km pour un dénivelé de 280 m.   Bernard

(Voir les photos dans l’album)

 

Jeudi 9 mars 2017 - Circuit de Malvan

Rando menée par Marie-France Pedrazzoli

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 9 mars 2017 - Pic et Col du Baladou

Quatorze personnes sont parties au matin du 9 Mars du parking du col de Belle Barbe pour une randonnée de 10 km avec un dénivelé de 230 m.
Nous étions 7 femmes et 7 hommes. La parité était donc parfaitement respectée.
Nous sommes d'abord montés jusqu'au col Aubert en contournant le pic du Baladou, puis nous avons entrepris une longue descente malaisée jusqu'au ravin du Mal Infernet, le passage en rive gauche s'effectuant sur une étroite passerelle métallique.  Dès lors, nous marcherons sur un large et confortable sentier qui longe le fond du ravin.  Du fond du ravin jaillissent des murailles déchiquetées de roches rouges.  Les pentes sont hérissées de pics et de tours de pierre.  Ici tout est dent, tout est dard, crochet, lance, tout est lacis de barbelés factices qui réclament la plus grande vigilance. Tout au long du ravin, c'est un formidable déroulé de pics et de ravins dont les pentes sont entrecoupées par de larges cônes d'éboulis.  
Partout, des donjons de pierre surgissent des profondeurs du ravin. Tous ces colosses parlent le même langage, poussent la même incantation : c'est le chant profond de la terre.  Un faux plat montant nous amène à un gué, aujourd'hui à sec, en aval du déversoir du lac de l'Ecureuil, qui permet de repasser en rive droite.
Le lac est un rêve évanoui, encore vivant dans la mémoire de quelques-uns. C'est ici que nous sacrifierons à la traditionnelle « pause banane » devant « feu » le lac de l'Ecureuil.P1040410 1
Une longue montée nous conduit, en contournant le mamelon des Aulnes, le long du lac de l'Ecureuil, sur un replat en direction de la baisse de la Grosse Vache que nous quittons pour longer le ravin de Mathieu et plonger de nouveau vers le ravin du Mal Infernet.
Le sentier est étroit et souvent masqué par des buissons broussailleux qui ont pu quelquefois griffer nos jambes. Cette descente s'avérera assez technique avec quelques passages passablement engagés que toutes et tous ont courageusement et vaillamment surmontés. Le retour au parking du col de Belle Barbe se fera en suivant le ravin, non sans avoir pu admirer en chemin le lac du Grenouillet, qui est bien vivant, lui.  Au long du chemin, nous sommes passés près de plusieurs sources fluides et mystérieuses dont un clair filet coulait dans le creux d'une pierre excavée pour le recueillir précieusement.  Ce fut une randonnée minérale dans l'ambiance et les effluves encore discrètes d'un printemps approchant, une randonnée parfaitement joyeuse et conviviale.   Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 2 mars 2017 - Rastel d'Agay

Nous sommes partis à 9 h de la pointe de l' Observatoire  en direction du Rocher St-Barthélémy  où  nous nous sommes  dirigés vers le St-Pilon en traversant un pierrier.
Là, nous avons fait une pause.  Nous sommes descendus ensuite par un petit sentier face à la mer pour arriver sur la route d'Anthéor.
P1110873 2Après une progression sur 450 m, nous avons pris sur notre gauche une piste pour atteindre un oratoire (dédié à St-Honorat) et de là, nous avons emprunté un sentier toujours à gauche pour rejoindre le Rastel d'Agay.
Le beau temps nous a permis de profiter d’une magnifique vue.
P1110958 2
Le retour s’est effectué par la route goudronnée jusqu'au Rocher St-Barthélémy pour récupérer enfin le sentier de l'aller.
Nous étions 13 participants pour une agréable randonnée de 13,6 Km et 380 m de dénivelé avec de beaux paysages.   Sophie

(Voir les photos dans l’album)

 

Vous êtes le 60588ème visiteur