DERNIÈRES NOUVELLES

 

 

Association T.E.R.R.E.
Mairie de Théoule-sur-Mer
1, place Général Bertrand
06590 Théoule-sur-Mer
Tél : 06.22.82.43.22
Président : Pierre DECHERF

 

Page Facebook de T.E.R.R.E.  ICI

Jeudi 27 septembre 2018 - La barre de Roussivau

Nous voici 18 randonneurs de l’Association à nous retrouver ce Jeudi 27 Septembre sur le parking de la maison forestière de Roussiveau pour commencer à explorer, en ce clair matin déjà ensoleillé de la fin du mois de Septembre et en tout début d’Automne, un nouveau secteur du massif de l’Estérel, jusqu’alors peu investigué par nombre d’entre nous.

Nous avions dans l’intention  de réaliser le tour de la « Barre de Roussiveau », en montant à proximité immédiate du sommet du pic du « Perthus Occidental » et en redescendant, le tour accompli, au niveau de la « Baisse Andoulette ».

Cette randonnée totalise 8 km pour 315 m de dénivelé et ne comporte qu’une seule difficulté : une montée, continue, sur près de 200 m d’ascension, commençant au-dessus du pont du Perthus pour se terminer juste sous le sommet du pic éponyme. Img 1100

Le ciel est d’une pureté de cristal, la température idéale pour randonner, l’environnement, coloré de vert profond, allant de l’olive à l’émeraude, dans le moutonnement infini des bois de pins, émaillé de place en place par le rouge orangé des rochers de « rhyolite ».

On démarre devant la maison forestière de Roussiveau qui héberge, en principe, une bergère, accompagnée de son troupeau de moutons. Mais aujourd’hui point de bergère, ni de moutons. Peut-être est-elle encore en estive dans le Mercantour ?

Nous allons progresser, sans aucune difficulté, sous la « Barre de Roussiveau » dont les hautes parois déchiquetées sont le terrain d’escalade favori pour nombre de grimpeurs de la région.

L’arrivée au-dessus du pont du Perthus marque le début d’une montée sévère qui ne s’achèvera que sous le sommet proche du pic du Perthus Occidental.

Nous rejoindrons ensuite la « Baisse Andoulette » à la côte, 256 m avant que ne débute une longue descente qui nous permettra de rejoindre, heureux et fourbus, le parking que nous avions quitté presque 4 heures plus tôt.Img 9681

Ainsi s’est achevée une belle randonnée qui nous laisse entrevoir de nombreuses autres possibilités d’exploration de cette partie de l’Estérel que nous méconnaissons encore largement aujourd’hui.

   Bernard

(Voir les photos dans l’album)

 

Jeudi 20 septembre – Circuit des tables d’orientation

Ce ne sont pas moins de 20 randonneurs, adhérents de l’Association T.E.R.R.E. de Théoule sur Mer, à partir, sous la conduite de Pierre, son président, à la découverte des tables d’orientation, installées ces dernières années, et même très récemment, à l’initiative de la mairie de Théoule.
Partis de la place du Général de Gaulle (anciennement porte de l’An 2000), nous rejoignons d’abord le port, plus précisément le lieu-dit « l’Epi du Canon »  où est installée la première des tables d’orientation que nous aurons le bonheur de découvrir tout au long de la matinée.
Le ciel est radieux, bleu turquoise, et la chaleur qui pèse déjà sur nos épaules nous fait augurer d’une fin d’été caniculaire.
Devant nous, se déploie à l’infini le vif argent de la Méditerranée, Img 1079scintillante, étincelante, éblouissante même au soleil.
Erigée en arrière de la « rose des vents » qui, au sol, matérialise un éventuel posé d’hélicoptère, aux couleurs, hélas, déjà passées au soleil et dont les différents noms nous étaient, jusqu’alors, inconnus, elle déploie un large panoramique des points remarquables et des lieux identifiables, du plus près au plus loin, de ce côté-ci du port, le tout composé, à partir peut-être d’une aquarelle, dans une riche palette de couleurs pastel.
Progressant ensuite sur la promenade Pradeyrol, nous parvenons bientôt à la deuxième table d’orientation, dite de la plage de la pointe de l’Aiguille,  qui, elle, avec une orientation légèrement différente, regarde un peu plus vers l’Est et vers le large. Celle-ci a sans doute été réalisée à partir d’une peinture à la gouache, aux couleurs un peu plus soutenues que la première.
Puis, ce sera la table d’orientation du parc départemental de la pointe de l’Aiguille, à la fin de la promenade Pradeyrol, après avoir longé la plage de la petite fontaine, juste avant la grande plage, point de départ du sentier qui doit nous conduire vers une autre table d’orientation.
Nous remontons ensuite par des volées successives d’escaliers, sur le territoire du parc départemental de la pointe de l’Aiguille, jusqu’à la route de la « corniche d’or », non sans nous être extasiés devant de magnifiques points de vue sur la baie de Mandelieu, avec la mer, immense, cuirassée d’argent, dont les vagues viennent se briser, bavant d’écume, sur la dentelle déchiquetée des roches rouges qu’un soleil matinal embrase déjà.
Peu avant le restaurant « L’Air du Temps », une esplanade, aménagée il y a peu, en encorbellement au-dessus du vide, nous laisse imaginer ce que sera cette autre table  d’orientation, dite de la corniche d’or, qui, aujourd’hui, en est au tout début de sa réalisation et qui devrait, lorsqu’elle sera achevée, être une des plus longues d’Europe.
Elle déploiera alors un très large kaléidoscope sur ce panorama unique, incluant aussi, sans doute, une fresque évoquant la vie sous-marine en Méditerranée. Il faudra bien que nous y revenions lorsqu’elle sera achevée.
Quittant la Nationale, nous remontons par d’autres escaliers pour progresser en balcon au-dessus de la « corniche d’or » vers le col de l’Esquillon que nous atteignons après être passés en arrière de la « Croix de Lorraine » et d’étonnantes demeures particulières.
Le sentier, tout en montées et descentes, passablement dégradé, avec quelques escaliers, nous fait traverser quelques bois de pins maritimes  et d’eucalyptus.
Arrivés au col de l’Esquillon, après une longue descente tout en escaliers, en lisière du théâtre du « Palais Bulle » de Pierre Cardin et une courte montée, nous arrivons à la « pointe de l’Esquillon » où se trouve la dernière des tables d’orientation, la plus ancienne et aussi la plus émouvante, sans doute. Construite à l’initiative du Touring Club de France en 1902, vandalisée en 2016 et reconstruite à l’identique en 2017, elle domine un magnifique panorama qui va de l’Italie à la Corse, avec des vues somptueuses sur des dizaines de calanques à travers les pins, les mimosas et les forêts d’eucalyptus, le massif de l’Estérel et sur la côte, du cap Roux au cap d’Antibes, sans oublier les îles de Lérins.
Ce sera ensuite le retour, via le col de Théoule et la longue descente du vallon de l’Autel, en passant à distance du rocher des Monges, creusé de mystérieuses grottes et orné de sculptures insolites dans un superbe camaïeu de rose, de gris et de rouge.
Gageons que ce sentier à la découverte des tables d’orientation, implantées sur la commune de Théoule et bénéficiant de multiples entrées possibles, deviendra vite, grâce à cette belle idée de la mairie et à sa réalisation exemplaire, un classique pour la découverte de la ville et de ses alentours.    Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Mardi 18 septembre 2018 - Rando santé Pic de l'Escale

Nous étions 14 participants ce 18 Septembre 2018, sous la conduite de Pierre, pour cette « rando santé » de la rentrée, avant que ne s’enchaînent toutes celles du dernier trimestre 2018. La présence de quelques nouveaux adhérents prouvait, s’il en était besoin, le dynamisme et l’attractivité de l’Association.Img 9590
Ce fut une séance de « décrassage musculaire » après un long « farniente » de deux mois, passé sous les touffeurs d’un ardent soleil estival.
Nous avons progressé tout au long d’un agréable sentier, sous le pic de l’Escale, en belvédère au-dessus du ravin de l’ubac de l’Escale, large piste confortable et élastique sous le pied, sans aucune difficulté, sinon quelques racines traîtresses, boucle longue de 6 km pour un dénivelé de quelques dizaines de mètres.
Le sentier est bordé tout le long de jeunes pousses arbustives, d’un lacis clairsemé de bruyères roses et pourprées, de quelques milliers de pieds de Myrtes dans l’attente d’être cueillis pour devenir une liqueur délicieuse, et l’ensemble du massif est encore bien vert, au sortir de l’été. Un panorama somptueux s’est constamment offert à nos yeux, des combes mystérieuses et de secrets vallons, des pentes abruptes ou alanguies avec ce moutonnement des pins qui les descendent en cascade, et que dire de tous ces sommets, hérissés d’un amoncellement de pics et de tours ruiniformes, dans la splendeur éclatante, rouge orangée, de la Rhyolite, si caractéristique de l’Estérel.
En progressant, nous avons pu reconnaître, et parfois nommer, quelques points de vue particuliers comme la maison forestière des « Trois Termes », le ravin du « Mal Infernet », le lac du Grenouillet complétement à sec (!!), le pic de l’Ours, le mont Vinaigre dans les lointains, la baie de Saint Raphaël, et tant d’autres.
Cette randonnée, facile, agréable a été la bienvenue car elle préfigure d’autres à venir, toutes aussi joyeuses et bénéfiques pour le corps et l’esprit.   Bernard

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 26 juillet 2018 - Randonnée pédestre T.E.R.R.E.

Article Nice-Matin

Près de 150 marcheurs comblés après leurs 6 km de balade.
Organisé par l'association Théoule Estérel Randonnées Rencontres Européennes (TERRE), la randonnée pédestre de la semaine dernière a connu un très joli succès.
Sous un grand ciel bleu, temps idéal, près de 150 marcheurs sont partis de l'hôtel de ville pour un périple de 6 km de marche avec 160 m de dénivelé.
Après la montée au col de Théoule, les participants sont redescendus par le chemin sous les Monges, puis ils ont admiré Notre-Dame d’Afrique avant de terminer sur la plage de Théoule où tous les marcheurs ont eu le loisir d'apprécier le buffet dressé pour eux. À leur grande joie, comme celle exprimée par Monique (Thonon-les-Bains) qui « a particulièrement aimé le contraste mer-montagne et les magnifiques changements de paysages tout au long du parcours. » G.M.

(Voir les photos dans l’album)

Jeudi 28 juin 2018 - Randonnée au cap d’Antibes

Nous nous sommes retrouvés 19 pour effectuer le « tour du Cap d’Antibes », la dernière randonnée à la demi-journée de cette saison, avant que n’interviennent les vacances d’été. Le ciel était couvert, la température douce, le vent d’est, fort, soufflait en rafales rageuses, enivrantes et entêtantes.

Le sentier littoral, ancien « sentier des douaniers », est long d’environ 5 km pour 90 m de dénivelé et se caractérise par une Img 0589 convertimagedébauche  d’escaliers en montées et descentes pour épouser au plus près les multiples anfractuosités de la côte.

Il faudrait pouvoir imaginer le tour de Cap d’Antibes par le sentier littoral comme l’esquisse qu’un peintre impressionniste tenterait de composer par touches successives au hasard de ses

 

éblouissements, sans pouvoir épuiser la palette infinie de couleurs qui s’offrent à son regard, à sa sensibilité et à son talent.

Il y a d’abord le bleu, le cobalt et l’indigo de la mer, tous ensemble intimement mêlés, la mousse blanche des embruns à la crête des vagues, le vif argent des rochers, le vermeil, tout en irisation, associé au gris crémeux des roches éclatées.

La côte est partout dentelée par de sombres anfractuosités qui contrastent avec le blanc éclatant des rochers, et, en fond sonore, le mugissement incessant des vagues qui, inlassablement viennent se fracasser sur les dents acérées des rochers.

La mer, crémée par une frange d’écume laineuse, a creusé de profondes entailles dans les rochers, résultat de l’affrontement immémorial et toujours renouvelé de la mer contre la terre. 

En contrepoint, on peut deviner d’imposantes et opulentes résidences dissimulées à couvert dans le vert émeraude et le vert sombre des résineux, et voir les circonvolutions tourmentées des branches maîtresses des pins d’Alep au bord du chemin, torturées pendant des décennies par la démence d’un mistral en folie, tandis qu’à leur pied un fort vent entretient le roulis de folles graminées turbulentes.

Il y a aussi ces pépites de lumière qui nous éblouissent dans un ciel de verre éclatant en bleu et blanc, refermé au-dessus des arbres enluminés avec le scintillement moiré d’un rayon lumineux au travers des branches de pins.

Il y a, encore et toujours, au bord du sentier, la mer, cuirassée d’écume, étincelante au soleil de mille éclats, comme un miroir brisé, qui bouillonne, lâche ses chiens fous, vient s’affronter aux rochers et mourir sur le rivage, en glapissant sa défaite inexorable une dernière fois.

Toutes ces impressions célèbrent les noces de l’homme avec la nature et cette courte et vivifiante randonnée nous a donné la certitude que des souffles tièdes portés par le vent portaient les prémices d’un invincible été et la promesse de nous retrouver tous ensemble à la rentrée pour de nouvelles et belles aventures.   Bernard


(Voir les photos dans l’album)

 

Img 0607 convertimage
 

Jeudi 21 juin 2018 – Repas de fin de saison à Seillans

LA « REINE DES FLEURS » A SEILLANS

Jeudi 21 Juin 2018, à 9 h 30, en prologue au repas de fin de saison de l’Association T.E.R.R.E., nous avions rendez-vous avec Charlotte, Img 0564Jeanne, Marie, Vicomtesse de Savigny de Moncorps, née de Villers La Faye (1848-1932), autrement dit « la reine des fleurs », qui, à l’aube du 20ème siècle, donna ses lettres de noblesse à l’industrie du parfum à Seillans et la prospérité pour longtemps à nombre de ses habitants.
Guidés et abondamment renseignés par Jean Michel, Img 0572vice-président des « Caminaire Seillanais » (i.e. « les Randonneurs Seillanais »), une courte randonnée à travers les ruelles du village, puis vers les hauteurs par de petits chemins étroits et suffisamment escarpés (compte-tenu de la chaleur étouffante du jour), nous a familiarisés, au gré de ses multiples  interventions avec la grande et la petite histoire de Seillans, à jamais indissolublement mêlée à celle de la Vicomtesse de Savigny de Montcorps. Jean-Michel est proprement habité par la prodigieuse histoire de celle à qui on a pu donner, toute révérence gardée, le titre de « reine des fleurs ».
Merci à lui d’avoir su si bien nous tenir en haleine tout au long de cette pérégrination, grâce à son savoir encyclopédique, soutenu et enrichi par une abondante iconographie sur le sujet et à un sens aigu de l’humour qui ne le quitte jamais.
De retour sur la place du Thouron, au centre de laquelle coule une imposante fontaine, fleurie de bouquets de roses ce jour-là, et  à l’ombre bienvenue de plusieurs platanes centenaires, à l’orée du restaurant « la Gloire de mon Père » qui nous accueille aujourd’hui, ce n’est pas moins qu’une quarantaine de convives qui a débuté le déjeuner par une succulente « mise en bouche », associée à un original apéritif à la La gloire de mon perelavande, suivie par un filet de Loup cuit à l’unilatérale pour les uns et une imposante souris d’Agneau pour les autres. Un généreux millefeuille aux fraises est venu mettre la note finale à cet excellent repas qui a mis une touche d’excellence, dans l’amitié et la connivence, et a clos une très belle saison de randonnées.
Nous avons d’ores et déjà l’eau à la bouche qu’une nouvelle saison de randonnées redémarre pour retrouver le plaisir d’être de nouveau ensemble dans la joie, l’effort et le partage.    Bernard.

(Voir les photo dans l’album)

DES FRAGRANCES A SEILLANS

Jeudi 14 juin 2018 - Pointe de l'Esquillon

Vingt-huit amis avaient répondu présent, ce jeudi 14 juin, dès 8 h 30, pour la randonnée conduite par Pierre, Président de notre association T.E.R.R.E., à destination de la Pointe de l'Esquillon.
Après les présentations d'usage sur le parking de l’ancienne « Porte de l’an 2000 » à Théoule, le petit groupe se met en marche joyeusement, sous un soleil déjà haut dans le ciel et plein de promesses pour cette balade d'une demi-journée.
20180614 104654Nous suivons le sentier découverte du littoral qui surplombe la magnifique baie de Cannes, Mandelieu-La-Napoule, Théoule, dans une ambiance bon enfant, permettant à de petits groupes de chevronnés d'échanger leurs impressions avec les nouveaux adhérents au club, tandis que d'autres marcheurs se retrouvaient. Avec regret nous quittons ce chemin ombragé pour suivre une partie de la route départementale 6098 en direction du Parc de la Pointe de l'Aiguille, bordée de bignones et de mimosas encore fleuris puis nous abordons la voie Abel Ballif qui fût, au siècle dernier, mécène et président du Touring Club de France et prit une part déterminante à l'aménagement de ce territoire magnifique. Le petit groupe de sportifs continue allégrement son ascension où les premiers de cordée ont déjà atteint la table d'orientation et le Img 0533belvédère de la Pointe de l'Esquillon, destination finale de cette belle journée.
Après un moment d'arrêt pour admirer ce paysage à couper le souffle, ponctué de découpes rocheuses et de calanques et reprendre quelques forces, nous redescendons par l'intérieur du Parc Départemental, en suivant le sentier balisé, traversant le maquis, les eucalyptus, cistes et autres arbrisseaux méditerranéens.
Quelques arrêts marqueront encore cette descente vers le parking, permettant à Pierre de regrouper ses effectifs et à chacun d'entre nous, d'exprimer notre satisfaction pour la bonne conduite de cette balade des plus agréables qui aura, bien sûr, été immortalisée par la photographie de groupe, en pensant déjà à la prochaine sortie.   Jean-Pierre

Rando menée par Pierre  9,6 km et 220 m de dénivelé

(Voir les photos dans l’album)

 

Jeudi 31 mai 2018 - Calanques de Cassis

Nous étions presque 60 en partance, dès potron-minet, pour une journée entière de découvertes et d’émerveillement aux calanques de Cassis.Img 0514
Elles ont pour noms : Port-Miou, Port-Pin, En-Vau,  l’Oule, Devenson, l’Oeil de Verre, Surgiton et Morgiou.
Ce sont les huit calanques que nous avons pu visiter et admirer, en croisière, au fil de l’eau, en partant du port de Cassis.
De la mer, on voit les escarpements rocheux, les creux, les failles, les criques et les promontoires, des arbustes racinés dans les moindres interstices rocheux, des pins dans le lointain, des hauteurs de mystères, une montagne hérissée et crayeuse, des gouffres de blancheurs, inondés de lumières, des criques émeraudes, des grottes inaccessibles, des îles, plus loin.
La terre descend brusquement sur les eaux ; elle nous donne à voir un cahot de roches broyées, de pierres et de garrigues. Nue et blanche, elle se donne à la mer, elle lui offre ses calcaires de lumières, ses éclats de blanc qui se confondent avec les reflets de l’eau bleue, sur des plages escarpées, comme un ciel inversé, émeraude et saphir.
La mer, le vent, les pluies, ont créé un magnifique tableau sculpté dans la chair du temps où la nature sauvage domine l’humain.
La mer, claire, limpide et transparente fait apparaitre ses replis, ses galets, ses grains de sable, ses roches et ses secrets, des eaux sans fond au creux blanc des falaises. Les vagues se déroulent à l’infini et reviennent, inlassablement. Les rochers affleurent la mer, la dominent, balayés par le ressac.
La mer rutile d’éclats, elle explose de mille feux, elle s’épanche en une infinité de reflets lumineux. L’horizon de bleu du ciel se confond avec les vagues. L’eau envahit l’air et remplit l’espace de ses senteurs : odeurs de sel, d’ambre et de lumières. Elle roule ses vagues de bleu, de vert, d’ocre et de blanc.
Le ciel et l’eau se confondent et s’éblouissent de luminosité. La mer avance et nous envahit de ses souplesses, de son agilité. De ses mouvements, elle répand un murmure ; de ses reflets, elle éblouit les regards.
De retour au port après 1 h 30 d’émerveillement, renseignés tout au long par un intervenant très bien documenté, trois groupes se sont constitués à l’approche de l’heure du déjeuner : le premier, le plus restreint, restant sur Cassis même, s’organise pour un pique-nique convivial, qui, sur la plage, qui, au restaurant, avant que certains n’entament une visite approfondie de la vieille ville, pendant que d’autres, ou les mêmes, ne profitent du petit train touristique qui, au cours d’une visite commentée, passant par les hauteurs de la ville, les amène jusqu’à la presqu’île de Port-Miou avec un point de vue inoubliable sur la baie de Cassis ;Img 8526 le deuxième, riche d’une dizaine de participants, et le troisième groupe,  rejoignent le sentier du Petit-Prince où ils piquent-niquent à l’ombre propice d’une pinède, avant de se séparer pour deux randonnées distinctes.
La première randonnée, dite « sentier du Petit-Prince », est un itinéraire d’émerveillement de 2 km, agrémenté de 12 panneaux et dédié à la mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry, pilote-écrivain-poète, le plus connu du monde, qui a achevé ici le 31 Juillet 1944 « sa marche vers Dieu ».
La deuxième randonnée, forte d’une trentaine de membres, plus longue, 6,500 km pour 100 m de dénivelé, et « plus sportive », nous a permis de visiter la calanque de Port-Miou, en lisière de celle de Port-Pin, avant d’aboutir sur la presqu’île de la Cacau, lieu magique entre le cap Canaille et l’île Riou, mariage du ciel et de la mer, vertige de lumières. Sous nos pieds éculés, des couleurs ivres étincellent sur les collines. Les sentiers se découpent sur la mer et, par d’antiques gradins rosis par le temps, marche après marche, on gagne un bout de ciel.
Peut-on imaginer plus belle friche industrielle que cette pointe de la Cacau ? La végétation s’est réapproprié  ces arpents de calcaire, la patine a poli la pierre des trémies. La mer, les embruns, le soleil ont lavé la roche et transmuté ces carrières où résonnaient burins et avalanches de pierrailles en presqu’île enchanteresse. Les calanques sont blanches d’exubérance, les sentiers, intenses, de blancs et de verts hachés. Img 0488Une cascade de pins dévale sur l’à-pic, rivière verte et limpide qui se penche vers la mer. Le soleil dévale aussi la pente et la vue sur les calanques est éblouissante de lumières.
L’odeur prégnante des pins se mêle aux senteurs iodées des flots. Sur la pente, des agaves, des figuiers de barbarie s’accrochent aux escarpements. En contrebas, la mer immense, immensément bleue, happe et saisit le regard.
Img 0475Le retour au port de Cassis s’est fait dans les temps impartis par Pierre, un peu en ordre dispersé, mais sans encombre, et tous nous sommes revenus à Mandelieu en fin d’après-midi, reconnaissants à l’Association d’avoir su organiser parfaitement un évènement d’une telle qualité dont l’idée originale et la parfaite réalisation reviennent à Pierre.
Au long de cette magnifique journée, on a gravé dans nos pas des souvenirs inoubliables qui nous invitent à d’autres aventures.    Bernard.

(Voir les photos dans l’album)

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »    (Antoine de Saint-Exupéry)

« Qu'a vist Paris e noun Cassis a ren vist. » (Qui a vu Paris et pas Cassis, n'a rien vu.)      (Frédéric Mistral)  

Jeudi 24 mai 2018 – Forêt de Thorenc – Les Pivoines

24 mai : Champ de pivoines …
Dans l'azur délicat de ce matin de lumière, neuf randonneurs ont rendez-vous avec les pivoines. 
Départ du lac de Thorenc, direction le col de la Baisse (pourtant ça grimpe !).
Au jardin de Mai nombreuses sont les fleurs dont nous ignorons le nom, mais nous en apprécions leurs couleurs. Enfin, sur la droite du chemin, les premiers pieds de pivoines... en boutons !  Un peu de déception.  La belle va- t-elle rester cachée dans son cocon ?  Un gros bourgeon tout rond comme un pompon végétal, qui, pudique, garde secrets la fraicheur et l'éclat de la fleur.
Le temps est idéal, la compagnie est bonne et la forêt est belle, il en faut plus pour gâcher notre bonne humeur !
Après la pause déjeuner, dans un cadre magnifique, entre la station de l'Audibergue derrière nous, avec la plaine d'Andon à ses pieds et les montagnes de Bleine et de Thorenc en face ainsi que des massifs encore enneigés en arrière-plan, nous avons eu la chance de trouver des 20180524 124837pivoines fleuries, nous dévoilant leur cœur en toute innocence.
Nous avons fini cette belle rando, le cœur léger et les pieds boueux, avec en tête une promesse ... nous reviendrons !
Merci à François.   Françoise.

(Voir les photos dans l’album)

20180524 123827  
                                                         

 

Jeudi 24 mai 2018 - La Duchesse

Img 0450Jeudi 24 Mai 2018, partant du pont de l’Estérel sur la RN7, nous sommes 20 à remonter par un large sentier vers la maison forestière de la Duchesse qui, une fois encore, nous offre le spectacle désolant et révoltant d’un édifice depuis longtemps abandonné des hommes et de plus en plus irrémédiablement rongé par le temps.

Elle est pourtant, comme nous l’apprendra un court rappel historique lors de la « pause banane », un témoignage unique de l’œuvre d’Augustin Muterse pour la préservation de l’Estérel. 

Nous arrivons à une plaque commémorative, en souvenir de l'Inspecteur des Eaux et Forêts AUGUSTE MUTERSE (1851-1922) qui "aménagea la forêt de l’Esterel, dessina les routes, édifia les maisons forestières et mit en place le premier plan de lutte contre l'incendie".

A partir de là, un étroit sentier, souvent en balcon au-dessus du vide ou surplombé par d’impressionnants chaos rocheux, devant l’infini des combes, des vallons, des promontoires et des pics se prolongeant jusqu’à la mer, nous conduit, après nombre de tours et détours, jusqu’à l’abord du « Plan Pinet » (toponyme désignant un bois de pins), où nous pourrons sacrifier à la traditionnelle « pause banane ».

En chemin, Pierre et Raymond ont fait assaut de connaissances  pour démêler l’écheveau des différents sommets, pistes et sentiers, les identifier et les nommer, successivement, les uns après les autres. A ce jeu, il n’y a pas eu de vainqueur,  mais bien deux connaisseurs hors pair du massif de l’Estérel.Img 0449

Sur la route du retour, par la « route des cols », une courte halte nous a permis d’admirer le début de la floraison des nénuphars  sur un petit lac en contrebas de la piste et de tirer le portrait d’un groupe réduit à 18, deux participantes ayant exprimé le souhait de rester sur la piste et ne pas prendre la sente étroite et pentue menant au lac.

Nous avons effectué au total une boucle de 8,700 km pour 240 m de dénivelé, sous un soleil radieux, heureuses prémisses de prochaines chaleurs estivales.   Bernard

 

(Voir les photos dans l’album)

 

Jeudi 17 mai 2018 - Rando « souvenir Cécile »

Comme il est de tradition depuis plusieurs années déjà, la randonnée du Jeudi 17 Mai 2018 nous a conduits au pied du rocher dit de « la Clavette » pour rendre hommage à Cécile, qui fut à l’origine de l’association T.E.R.R.E. et la dirigeât pendant longtemps, et nous en souvenir.
Nous étions 19, partant du pont Saint-Jean, à remonter un méchant sentier, largement entaillé par de profondes ravines, qui nous conduit successivement à la « baisse du Sablier », puis à la « baisse du Verre ».
Peu avant la « fontaine du Marsaou », dont l’eau potable et fraiche sera une bénédiction au retour, un étroit sentier ascendant,  encombré d’une importante végétation, avec nombre d’épineux, nous conduit jusqu’au «  pas de la Cèpe » où une halte bienvenue nous permet de sacrifier à la traditionnelle « pause banane », devant le magnifique panorama de la baie de Cannes.
Img 0406
Continuant notre progression, nous atteignons bientôt le but désigné pour cette randonnée exceptionnelle pour son intention. Une courte « escalade » nous permet d’atteindre la base du rocher de « la Clavette » au pied duquel nous nous réunissons pour un instant de recueillement en souvenir de Cécile, dont Pierre nous retrace, à grands traits, l’historique au service de l’association T.E.R.R.E.. Nous en profitons pour réaliser une photo du groupe au pied du rocher, après que Raymond et Annick y aient symboliquement déposé quelques roses.
Nous nous dirigeons ensuite vers la « baisse Violette » pour un agréable pique-nique au soleil, agrémenté par une confortable sieste sur un doux tapis d’herbes nouvelles.
Le retour nous conduit, au long d’un sentier en balcon, dans l’environnement du « Marsaou » et des « Suvières », sous la baisse des « Pourraques », jusqu’à la maison forestière des « Trois Termes ».
Devant nous un très large panorama se dévoile de proche en proche, depuis l’océan vert tendre des combes et des vallons, le moutonnement profond des arbres et des arbustes, les hautes murailles déchiquetées de rhyolite amarante, les tours, les aiguilles et les pinacles,  telles des forteresses inexpugnables, par centaines, postées en sentinelles devant l’immensité de la mer, bleue profond, en arrière-plan.
La descente sera longue et souvent malaisée vers le pont Saint-Jean que nous retrouverons avec bonheur, une heure après avoir quitté le col des « Trois Termes », heureux mais fourbus !
Au total, une belle et émouvante randonnée pour quelques-uns, longue de 15 km pour 500 m de dénivelé, une température moyenne de 20°, un peu d’ombre mais surtout un soleil généreux.
Nous savons d’ores et déjà que nous y reviendrons l’année prochaine, à la même période si possible, car c’est une date anniversaire, pour nous souvenir,  en témoignage et gratitude de l’œuvre accomplie par Cécile au bénéfice de l’Association.    Bernard.

(Voir les photos dans l’album)

Effet recto-verso animé 2 photos

Jeudi 3 mai 2018 - Sous cap Roux

Nous étions 18 (parité hommes/femmes mise à mal ; 4 femmes pour 14 hommes, mais elles ne furent pas les moins vaillantes !) à nous élancer pour la traditionnelle et toujours magique randonnée « sous cap Roux » qui, une fois encore, a bien mérité sa formidable réputation.

Nous sommes partis, sous la conduite éclairée de Régis, de la « maison brulée », en bordure de la D6098, dite aussi route de la Corniche d’Or, pour un dénivelé de 300 m pratiquement en continu, jusqu’au belvédère du Cap Roux qui nous a offert un merveilleux panorama à 360°, légèrement estompé en ces heures matinales par de légères brumes résiduelles.Img 0360

Le sentier, presque constamment en balcon au-dessus de la méditerranée, est bordé, tantôt par des à-pics impressionnants réclamant la plus grande prudence, longeant tantôt quelques vallons mystérieux dans lesquels une nature déjà presque estivale explose en mille fleurs et en mille couleurs, composée principalement d’une multitude de Cistes blancs à feuilles de Sauge et de Lavandes papillons.

Ce parcours en boucle de 7 km nous a donné à voir, sans aucune modération, de nombreuses vues époustouflantes, allant de Cannes jusqu’au Cap Camarat, une vue panoramique exceptionnelle à 360° sur la Côte d’Azur, la Provence, l’Estérel, les Maures et les montagnes du Haut-Var, le Mercantour.

On a marché parfois sur de bons sentiers, bordés de pins et de bruyères, plus souvent sur des sentiers étroits et pierreux, avec de nombreux passages aériens traversant quelques éboulis de caillasses rouges instables, traites pierriers qui se dérobent souvent sous les pieds.

Dans ces lieux, notre progression s’est faite entre les roches rouges de rhyolite amarante qui flamboient au soleil du matin et les eaux turquoise de la Méditerranée, ourlant les caps et les criques, dont nous n’avons jamais  été bien loin.

 

Img 0353

Img 0376

Au total, une magnifique randonnée dans un somptueux décor rouge orangé et vert, au milieu d’un chaos de rochers de lave solidifiée et de falaises abruptes, de pics, d’aiguilles et d’éperons, sous des crêtes rougeâtres dominant les sentiers, à faire et à refaire année après année, tant elle nous donne à voir et à sentir, un kaléidoscope unique d’images et de sensations.   Bernard.


(Voir les photos dans l’album)

Bois de Caravagne - 10.11.2016

Vous êtes le 73631ème visiteur